Saint-Hilaire - Parmelan par les Bauges et retour Belledonne : le triangle plat 200 km du 01/06/19

La trace du vol :

https://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/vol/20265962


Le replay en 3D (avec les traces des 2 pilotes avec qui j'ai fini le vol) :

https://ayvri.com/scene/1q5ro2nv53/cjwhjxhv600033c59oie7xmer


Télécharger la trace au format IGC :

2019-06-01-igcfile-237450-179205.igc
.zip
Download ZIP • 339KB

Extraction express à la Dent de colles


Avant-vol :

Journée exceptionnelle prévue ce jour ! Par journée exceptionnelle, entendre pas de vent météo et jolis plafs annoncés à 2500 m... ce qui est très rare depuis le début de ce printemps où l'on passe plus de temps à défier le vent qu'à voler sereins... des copains pyrénéens sont sur Saint Hilaire pour la handicare cup, c'était aussi l'occasion de les voir. 10h au déco le temps d'observer, 10h45 un rapace enroule à droite sur la cascade et un biplaceur commence à zéroter : go !! Le plan A est un FAI par les 2 soeurs / dent du chat / belledonne, le plan B remonter au Nord jusqu'à ce que temps de rentrer il soit...


Démarrage au taquet et bons choix

Une bonne instabilité depuis le sol me permet de rejoindre le Rachais quasi tout droit ! Par contre arrivé là-bas le plafond n'est pas généreux, 1250, il est encore tôt et le relief est moins vertical et minéral qu'au Saint Eynard. De jolies barbulles forment déjà sur le dent de Crolles mais il n'y a que du bleu au-dessus du Néron, j'opte pour le plan B, je tenterai le Vercors une autre fois. Demi-tour et conditions géniales sur les faces Est de la Chartreuse ! Je commence à bien connaître le coin depuis mes vols de fin mars donc j'avance vite, avec des moments magiques à surfer les barbulles. Euphorique, j'attaque la Savoyarde sans faire le détour par le Granier, départ 2200, raccrochage à Chignin à 800, c'est la première fois que je passe par là, d'habitude j'allais côté Montlambert. Je me laisse doucement remonter dans la brise de Chambéry qui fait frétiller la cime des fayards, c'est pas violent mais au moins ça remonte. Une fois la crête passée, je retrouve les pilotes croisés plus tôt au St Eynard et là ça enroule fort, les Bauges nous réservent un accueil de ministre ! En plus j'avais là un ticket au premeir rang pour voir le start de la PWC à Montlambert, et les voir (pas longtemps) partir vers le Nord. Tout s'enchaîne assez vite malgré le léger Nord, la ligne Galopaz - Colombier - Julioz - Roc des Boeufs est bien porteuse ! C'est vraiment cool de pouvoir traverser les Bauges entre 1800 et 2500 m, ça permet de s'affranchir des face-brises, on regarde en haut et choisit ses caps en fonction des cycles et positions des prochains cums...

J'aime bien les maths

La moyenne augmente, j'en suis à 22 km/h après 3 heures de vol, je teste quelques secteurs accéléré à 100% et ça se passe bien, la voile ne dégrade pas trop et je me dis que si j'arrive aux dents de Lanfon avec une moyenne de 24 km/h je pousserai jusqu'au Parmelan, l'idée étant d'attaquer le retour avant 16h car j'évalue à 3h30 le temps nécessaire pour revenir et j'espère la convection encore bonne sur Belledonne jusqu'à 19h30. Arrivé au Parmelan, les plafonds sont nikel autour de 2400 m, je me paye le luxe d'aller faire un point un peu plus au Nord, émervéillé devant l'immensité du Léman et en toile de fond mon Jura bien-aimé ! Demi-tour à 15h45.


Le vol se passe trop bien, faut que je fasse une connerie

Petite erreur de trajectoire, ou plutôt d'indécision, pour changer un peu et me faciliter le retour au Roc des Boeufs en l'attaquant plus au vent de la brise d'Annecy, je me dis que je passerais bien par le Veyrier...mais j'hésite avec faire le relais classique aux dents de Lanfon dans le thermique des Allemands. Donc que fais-je ? Et bah entre les deux !! Pfffff mais j'en ai marre de faire ça, ne pas réussir à choisir l'option, donc faire ni l'une ni l'autre ou entre les deux !! Affreux, faut vraiment que je travaille ça. Résultat je mets un peu le cap sur le Veyrier mais sans remonter assez au vent donc me retrouve sous le vent de celui-ci, mais pas non plus assez proche des dents... bref ça dégueule... donc je raccroche les dents mais beaucoup plus bas que si j'avais optimisé, c'est reparti pour 10 minutes à faire des 8 dans la brise... La traversée retour des Bauges démarre par un magic Roc des Boeufs, puis poussé par le Nord ça enchaîne bien. Arrivé au Pic de la Sauge je me débrouille assez mal et n'arrrive pas à sortir proprement, 1650 au dessus du lac de Lathuile, trop dérivé par les brises. Je pense qu'il y avait mieux à faire dans le secteur mais pas confortable de prospecter par ici, j'oublie la transition directe sur Bramefarine et mets le cap sur les tours de Montmayeur. C'était un peu présomptueux car la première partie de la transition est sous le vent donc à un taux de chute relativement proche des années 80 à Mieussy... mais une fois passée l'Isère, 2 petits thermiques de plaine que j'enroule en apnée me permettent de recoller aux reliefs, sauvé !

Retour sans encombre et finish en groupe !

Le cheminement vers le Sud est un peu pénible car face brise mais en appui légèrement décalé du relief on arrive à trouver une bonne ligne. Raccrochage à Bramefarine assez bas, je me fais marcher dessus par la M6 et l'Enzo 2 avec qui j'avais un peu volé le matin vers le Saint-Eynard ! Oh les cochons ils se sont appliqués mieux que moi à la sortie des Bauges...mais je les rattrappe au Cheylas et on collabore pour sortir de là, nikel je suis dans le timing pour Belledonne, c'est encore fufu !! Nous sommes maintenant poussés par les brises et les plafonds sont hauts, au moins 2700 à la base du nuage mais je prévois de garder une marge de 200m car ils étalent un peu. Mon GPS m'indique que le point de bouclage d'un triangle plat 190 km est à 700 m sur la plaine, je vais donc le tourner vite-fait histoire d'assurer au moins ça, c'est quand même déjà mon plus gros triangle ! C'est là que tu commences à piger l'intérêt de la règle de bouclage à 5%... quand tu fais 200 kil, tu peux poser à 10 bornes et ça paaaaaaasse ! Bref, me voilà maintenant serein pour tenter le 200 sans risque de tout perdre si je vachais sur les plateaux. Aux 3/4 de la transition entre les avants reliefs et les reliefs de Belledonne, je trouve un joli thermique qui déclenche bien en avant des pentes, comme souvent par ici j'ai remarqué. Ca me permet de redoubler mes compères de fin de vol, cool d'ouvrir un peu la voie ! Les km défilent jusqu'à 199 mais le compteur reste bloqué là sur Prapoutel, car en allongeant la branche d'Annecy je raccourcis le petit côté du triangle, bref j'me comprends ! Je ne peux pas étirer plus à l'Est car il y a le relief et la base du nuage... le seul moyen d'étirer est à présent la grande combe au Sud de Prapoutel, j'y vais un peu mais sans trop forcer car elle est un peu sous le vent et je veux en ressortir propre, tant pis pour les quelques points hein, demi-tour avant qu'il ne soit trop tard, un dernier thermique et glide final droit sur Saint-Hilaire, un peu en-dessous de mes 2 compères ! A la fin je comprends qu'ils vont reposer au déco, il est 19h30 je n'imaginais même pas que ça soit possible à cette heure-là ! Si j'avais su j'aurais enroulé 2 tours de plus le dernier thermique et optimisé la ligne, car j'arrive 50 m trop bas et vais poser à l'attéro... mais très satisfait de ce premier gros triangle, la trace donnera 199,98 km :-D donc pour 20 mètres je loupe la barre symbolique des 200 mais... ce n'est que symbolique ! Et ça donne envie d'en faire d'autres...

15 vues0 commentaire